Excellente video sur le savoir vivre avec le système d'information

Publié le par Dominique Hebert

Plutôt que d'essayer de réformuler la présentation du dernier article de Michel Volle, je vous le recopie ci dessous et je vous mets le lien vers la video de sa présentation faite en novembre 2007 aux journées Réseaux organisées par le Comité Réseau de Universités (CRU).

Savoir vivre avec le système d'information

L'informatisation est le phénomène le plus important de l'époque contemporaine. Il touche toutes les institutions, et jusqu'à la vie personnelle de chacun ; la production des biens s'est automatisée, celle des services s'est informatisée.

Cela introduit une transformation plus profonde encore que celle qui a résulté de la mécanisation : alors que la machine soulageait l'effort physique de l'être humain, l'ordinateur soulage son effort mental. Le réseau lui ouvre un espace documentaire où la distance géographique est supprimée.

On a voulu voir dans l'informatique une branche des mathématiques, mais cela ne rend pas compte de son orientation pratique : alors que les mathématiques, développant l'implication de définitions, répondent à la question "qu'est-ce que c'est ?", l'informatique doit répondre à la question "comment faire ?".

Le SI articule l'organisation du travail humain et la programmation de l'automate en réseau. Il se construit à partir de deux questions : "que produisons-nous ?" alimente son urbanisation et la conception des référentiels (agents, clients, produits, fournisseurs, partenaires etc.) ; "comment produisons-nous ?" alimente la modélisation des processus (workflows, cycle de vie des objets, indicateurs etc.).

La plate-forme technique (solutions, dimensionnement) fournit le socle de sa faisabilité physique (volumétrie, complexité, synchronisme, performance). Elle se conçoit en dialogue avec l'ingénierie des exigences. Une urbanisation bien conçue projette cette conception globale sur une "portée de phares" de quelques années, puis la tient à jour.

L'informatisation a frappé d'obsolescence la plupart des institutions, car elles s'étaient adaptées au système technique mécanisé. Il en résulte des blocages, des illogismes qu'il faut savoir identifier, puis gérer. Il est intéressant de considérer le cas particulier du système éducatif.

Commenter cet article